Systémique : Cybernétique

Les lois des systèmes

Avertissement !

Nous n'en reprendrons que trois : totalité, homéostasie, équifinalité.

La totalité

Le tout est supérieur à la somme des parties.
Quand les différentes parties réunies crée un système,  il y a une qualité émergente.
Mademoiselle A avec monsieur B se rassemblent et créent un couple qui ne peut pas être ramené à l'addition de A+C.
En effet A interagit avec B et B avec A et donc de ces interactions émergent une nouvelle réalité : le couple.

L'homéostasie

C'est la tendance à l'équilibre d'un système.
Elle fait appel au feedback encore nommée rétroaction.
Les informations qui viennent de l'action qui précède conditionnent l'action qui suit.
Si je demande après mes explications si vous m'avez bien compris, je demande un feed-back.
Si après avoir tiré sur une cible, je constate que j'ai dévié de l'objectif légèrement trop à gauche et je réajuste mon tir en décalant légèrement à droite pour corriger, je tiens compte du feed-back.
Le thermostat du chauffage ou de la climatisation repose sur le principe du feed-back.
Quand un système est touché par le changement de comportement d'un de ses membres, tout le système est atteint et peut choisir de corriger. Par exemple si votre collègue de travail arrive en retard pour prendre la relève, vous allez normalement l'attendre pour ne pas laisser les bénéficiaires livrés à eux-mêmes et vous risquez d'appeler la personne qui a la charge de vos enfants que vous allez être en retard et cette personne va devoir compenser à son tour. C'est ce qui explique les déplacements de symptômes dans le ou les systèmes.


Les relations humaines sont comme la météo.
Un système dynamique chaotique relativement prédictibles à court terme et imprévisible à long terme.


L'équifinalité

Les systèmes humains sont des systèmes dynamiques chaotique. Des scénarios, des processus se répètent dans le comportement humain mais comme dans "l'effet papillon", vu au niveau 1, un petit changement dans les conditions initiales peut donner des résultats diamétralement différents. Pensons à ces parents qui élèvent leurs enfant de la même manière et qui deviendront des êtres parfois semblables et parfois très différents. La même stratégie éducative avec X peut fonctionner et avec Y totalement échouer.
Nous sommes pourtant avec des idées très déterministes, c'est sa nature, on ne se refait pas, .. . Et c'est vrai qu'il y a des choses qui se répètent, des probabilités qui augmentent dans certains cas et pas dans d'autres.
Bref, il est impossible de retrouver exactement comment un système a commencé et de déterminer avec exactitude comment il va évoluer. Un peu comme la météo qui est prévisible quelques jours à l'avance mais est beaucoup plus difficile à projeter dans un futur éloigné.
Bref, l'évolution d'un système dynamique chaotique comme les relations humaines est descriptible selon des lois simples (celles que nous voyons ici). Par contre, s'il est relativement prédictible à court terme, il est strictement imprévisible à long terme.

Il y a deux types de changement :

- Changement 1 : Ceux qui changent que cela ne change pas. Cet élève ne fait rien de bon à l'école malgré toutes les tentatives, PEI, programmes déployé par les éducateurs et enseignants. On le considère comme perdu.
- Changement 2 : Ceux qui changent que cela change. Cet élève ne fait rien de bon à l'école jusqu'à ce qu'il croise un prof qui sait y faire et lui donne confiance en lui-même et dans l'école.
Dans les deux cas, c'est le même élève mais dans un cas, on a
- un contexte de changement : un prof particulier qui a à son égard un comportement autre. Il est initiateur (il lance), catalyseur (il déclenche une réaction par sa seule présence) de changement.
- une acceptation du changement : l'élève considère qu'il peut faire quelque chose de bien à l'école et devient acteur de changement.
Il faut les deux pour que cela se passe.
Le contexte de changement n'est pas forcément lié à une personne, cela peut-être dû aux circonstances de la vie. Par exemple, être passé à deux doigts de mourir peut changer votre vision de la vie et modifier votre comportement.


Complémentarité et symétrie

Ni l'un ni l'autre ne sont en soi bon ou mauvais.

La complémentarité.
Les actions de l'un complètent les actions de l'autre.
Le buveur qui cache les bouteilles et celui qui cherche les bouteilles cachées.
Le triangle de Karpman met en scène ces relations complémentaires entre Sauveur, Victime et Persécuteur.
Dans la complémentarité, toute action dans un sens appelle une réaction dans l'autre sens.
Il y a des phénomènes d'escalades complémentaires :
Moins mon associé travaille pour l'entreprise plus je travaille pour compenser ce qu'il ne fait pas.
Plus l'enfant fait des bêtises, plus je le sanctionne mais plus je le sanctionne plus il fait des bêtises.

La symétrie.
Cela se passe lorsque les deux termes de l'interaction sont identiques.
C'est le cas de l'escalade symétrique: Plus tu cries, plus je crie, plus tu me trompes, plus je te trompes, moins tu fais d'efforts, moins j'en fais à mon tour.

Creative common

Cliquer sur l'image pour les conditions complètes

Vous êtes autorisés à ..

Partager — copier, distribuer et communiquer le matériel par tous moyens et sous tous formats
L'Offrant ne peut retirer les autorisations concédées par la licence tant que vous appliquez les termes de cette licence.

© Copyright 2022 - Pascal Rivière. All Rights Reserved.

Built with Mobirise ‌

Web Designer Software