Les enjeux en jeu dans le jeu : L'économie des besoins (Partie n°2)

Niveau 1

L'économie des besoins

Les échanges par interactions permettent de remplir ou vider les besoins

L'économie des besoins

C’est comme de l’économie, du commerce, de la finance sauf que la monnaie, l’argent, c’est ici ce à quoi vous donnez psychologiquement de la valeur.
Le but est de remplir vos besoins psychologiques avec des transactions et du commerce avec d’autres.
Jadis on disait d'ailleurs d'une personne qui avait de bonnes relations qu'elle était de "bon commerce".
Donc l’économie et la finance psychologique englobent la communication et la relation et leur donne leur puissance (constructrice ou destructrice).
Comment obtenir des bénéfices psychologiques sans se faire rouler et sans rouler les autres ? Comment retirer un bénéfice et en donner aux autres de manière équilibrée ? C'est tout le dilemme du prisonnier et du jeu de la confiance.

L'économie des besoins

Au travers de nos interactions avec le monde extérieur et plus particulièrement les autres, nous remplissons ou non nos besoins. Les mécanismes des relations humaines sont donc toute une finance que je tente ici de vous expliquer avec quelques chansons ...

Les types d'interactions

Les types d'interactions

Les types d'interactions probables

Lorsque je suis en interactions avec une personne toute la question est de savoir si je peux lui faire confiance.
Elle peut vouloir me dominer, me rouler, me trahir, me faire du tort ou au contraire coopérer.
Quelle attitude adopter avec elle ?
Pouvons-nous remplir nos besoin de manière optimale l'un et l'autre ? C'est la solution gagnant - gagnant. Ou va-t-il agir à mon détriment ? C'est la solution gagnant - perdant.
Mais attention à vouloir gagner trop l'un sur l'autre on peut y perdre considérablement l'un et l'autre.
Cette question se joue dans le dilemme du prisonnier.

Boucles et cercles

Boucles - Cercles vicieux ou vertueux

- Boucle implique une interaction.
- Cercle implique plusieurs interactions et une continuation, voire une continuité des interactions qui se répètent.

Dans une boucle on dira que les échanges amènent un profit ou une perte dans les besoins.
Pour les cercles même principe, nous sommes dans une économie des échanges psychologiques.

- Si des échanges vident les besoins chez A ou/et B, nous sommes dans un cercle vicieux.
- Si des échanges remplissent les caisses des besoins chez A et B, nous sommes dans un cercle vertueux.

Boucles et cercles vicieux ou vertueux ?

Cercle sain ou malsain ?

- Dans un cercle vertueux, c'est comme dans les bals populaire selon Michel Sardou : plus cela tourne, plus cela tourne bien (dans toute la polysémie de l'expression).
- Dans un cercle vicieux plus cela tourne, plus cela tourne mal (dans toute la polysémie de l'expression).
Mais il y a des relation qui tournent sans pour autant tourner mal ou bien, elles ont atteint un niveau satisfaisant pour les partenaires.
- Le cercle sera sain si les échanges sont globalement bénéfiques avec un bilan des besoins positif.
- Le cercle sera malsain si les échanges sont globalement à pertes avec un bilan des besoins négatif.

Le dilemme du prisonnier

Le dilemme du prisonnier

Case départ de cet épisode de nos voyages au pays des maths : la prison. Deux prisonniers doivent choisir entre coopération et trahison sans se concerter. C'est le fameux dilemme qui nous emmènera au cœur de la théorie des jeux et nous fera réfléchir mathématiquement à une question très philosophique : a-t-on intérêt à collaborer ?

Le jeu de la confiance

The Evolution of Trust s'inspire de la théorie des jeux et du dilemme du prisonnier. Il met en scène les conditions de la confiance dans l'interaction avec différents personnages obéissant à des comportements particuliers, et qui réagissent également aux actions du joueur. Il propose une réflexion sur l'éthique de réciprocité ou règle d'or.

Le jeu se fonde sur l'ouvrage de Robert Axelrod publié en 1984, The Evolution of Cooperation2.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Evolution_of_Trust

Question d'équilibre des besoins

L'équilibre des besoins retirés de la compétition ou de la coopération

Conclusions de la théorie des jeux

Quelles sont les conclusions à retirer de la théorie des jeux ?


La stratégie le plus payante si les situations de dilemmes se répètent est la coopération donnant - donnant. S'il y a moins de 10 rencontres, c'est la compétition gagnant - perdant qui l'emporte.


L'équilibre de Nash?

Nous cherchons à maximiser nos bénéfices au niveau de la satisfaction de nos besoins.
Mais si nous le faisons au détriment de l'autre et que l'autre riposte à notre détriment, nous allons aboutir à un équilibre de Nash, c'est-à-dire que A et B vont obtenir moins de rendement (ils vont être réellement perdant - perdant, derrière une apparente victoire de l'un des eux, comme dans une victoire "à la Pyrrhus" ). Alors que s'ils étaient parvenu à s'entendre et à tomber d'accord sur un compromis donnant - donnant cela déboucherait sur un rapport globalement gagnant - gagnant.


Si le cercle des interactions entre les partenaires aboutit à un équilibre de Nash, nous sommes aussi dans un cycle désavantageux, je le qualifierai donc de cercle (d'un équilibre) de Nash


Quelles sont les meilleures stratégies ?

Elles combinent 4 qualités :
- Ne pas être le premier à trahir
- Réagir au comportement de l’autre joueur
- Ne pas chercher systématiquement à le battre
- Ne pas utiliser des stratégies trop complexes 

La moralité de l'économie des besoins

Moralité

Creative common

Cliquer sur l'image pour les conditions complètes

Vous êtes autorisés à ..

Partager — copier, distribuer et communiquer le matériel par tous moyens et sous tous formats
L'Offrant ne peut retirer les autorisations concédées par la licence tant que vous appliquez les termes de cette licence.

© Copyright 2022 - Pascal Rivière. All Rights Reserved.

Built with Mobirise ‌

Web Site Maker